À propos du Webzine

7 January 2007 - posté par Philo

Bienvenue sur Le Webzine! Le Webzine! est un blogue traitant d’actualité avec cynisme et immaturité (surtout immaturité.) C’est donc l’occasion de vous informer sur tous les sujets qui vous touchent, allant des sports à l’informatique, tout en sachant que nous ne raterons jamais l’occasion d’y insérer des jokes de scrotums rasés ou de défécation.

Origines
Le Webzine! a été fondé en 1999, par trois individus avec beaucoup trop de temps à perdre sur l’Internet : S.S., H.T. et H.R. À l’origine appelé “Lutte! Le Webzine de la WWF,” le site avait comme mandat à l’époque de parler (et surtout de rire) d’hommes huilés se frottant en sous-vêtements sur des matelas.

Le site web, révolutionnaire à l’époque pour ses mises à jour fréquentes et son propos semi-éditorial, présentait une formule “blogue” 6 ans avant son temps; ce qui nous permet de dire à nos frères bloggeurs de par le monde, ‘Dans notre temps, on appelait ça des webzines pis on updatait ça sur Notepad, sacramant!’

Administration
Le Webzine! est la co-propriété de La Grimouille et du Philo, deux individus dans la trentaine qui tentent maladroitement d’avoir l’air cools en utilisant un pseudonyme, mais qui le font surtout pour ne pas se faire reconnaître par leur entourages professionnels comme ayant une obsession pour les pénis passé 30 ans.

Ils sont accompagnés de PFAFMAN et Spiker, deux gars dans la vingtaine qui utilisent un pseudonyme Internet branché qu’ils ont probablement reçu aux alentours de leur baptême, sacramant.

Avis légaux
Le contenu dans son ensemble du Webzine est copyright © 1999-2009 Le Webzine, Enr. On mettrait bien l’ensemble du site sous Creative Commons, mais tsé, on ne se fait pas d’illusions sur la valeur des niaiseries qu’on écrit.

Si jamais il vous prend l’idée de nous poursuivre pour litige, sachez que : 1) nos commentaires sont probablement écrits saoul ou sous l’effet d’une stupidité congénitale, 2) on est cassés, et 3) si vous nous trouvez assez crédibles pour être poursuivis, vous etes ben les seuls.