Archive de la catégorie ‘médias‘

Le Débile plante “The Last Jedi”

Saturday 23 December 2017

 

(NDLR : on a essayé, en vain, d’expliquer au Débile que le Webzine a fermé ses portes en 2013, mais voilà, il nous a quand même fait parvenir ses notes gribouillées sur des feuilles de cartable. On vous laisse le soin de juger si son état mental a progressé ou pas.)

“It’s time for the Jedi to end”, dit Luke Skywalker dans la bande annonce de The Last Jedi. Criss qu’il a raison. Malheureusement, les Jedi appartiennent maintenant à Disney, et Disney ne va pas laisser mourir Star Wars sans enculer le cadavre avec vos larmes de fanboys comme lubrifiant.

The Last Jedi commence avec un texte défilant. C’est la chose la moins surprenante de l’histoire du cinéma, sauf que ça empêche pas Damien le gros nerd obsessif-compulsif de venir dans ses shorts de C3P0. On y apprend que l’Empire le First Order est sur les traces de la Rebellion la Résistance, et que leur seul espoir est Luke Skywalker Luke Skywalker. Bref, même si les discussions d’embargos économiques dans l’Épisode I étaient plates à se flinguer une gosse, au moins elles étaient pas chiées par un focus group payé en casquettes de Mickey Mouse.

Allez hop, on commence avec une bataille spatiale! (Merci focus group!) On y apprend que Edgar Allan Poe Dameron est tellement hot qu’il est capable de détruire les systèmes de défense du plus gros vaisseau de l’Empire du First Order à lui tout seul, mais comme c’est un sacré rebelle, il se chicane avec la Princesse Leia. (Je sais qu’elle est rendue une général, fuck off Damien.) Edgar Allan Poe Dameron veut à tout prix détruire le criss de gros vaisseau, mais la Princesse Leia est genre “C’est un ordre câlisse” pis Edgar Allan Poe Dameron est genre “Fuck tes ordres!” et la Princesse Leia répond “Ok d’abord je t’envoie des bombardiers mais ils vont voler super-proches l’un de l’autre faque si un d’eux se faire tirer ils vont tous exploser pis ça va être ta câlisse de faute.” C’est bien entendu ce qui se passe, mais pas avant qu’on voit une brave pilote mourir en nous montrant son collier qui va sûrement revenir plus tard dans le film.

Edgar Allan Poe Dameron se sauvant de ses responsabilités.

De retour sur le vaisseau principal, la Princesse Leia fait exécuter Edgar Allan Poe Dameron pour avoir désobéi aux ordres. Haha, c’t’une joke, elle le remercie pour avoir détruit un criss de gros vaisseau. Haha, c’t’une joke, elle le baisse en grade juste pour le fun. Du côté des méchants, L’Empereur le Supreme Leader Snoke est en criss après Hux, qui joue son rôle avec la subtilité et la nuance d’un Nazi dans Top Secret. Mais Hux révèle qu’il a une technologie qui lui permet de suivre la Rebellion Résistance.

Pendant ce temps, Lucie Skywalker Rey attend depuis deux ans que Luke Skywalker prenne le criss de lightsaber qu’elle lui tend à la fin de The Force Awakens. Luke, ne ratant pas une occasion de sacrifier la tension dramatique au profit d’une joke poche, crisse le lightsaber par-dessus son épaule. S’ensuit une séquence où on apprend que Luke est rendu un vieux désagréable qui ne veut rien savoir d’un autre criss de film de Star Wars, devenant par le fait même mon héros personnel. Chewbacca vient lui donner un char de marde, mais Luke continue à faire sa tête de cochon. Bien entendu, il aurait pu dire oui tout de suite, mais on n’aurait pas eu de film, right?

Parlant de décision épaisse sans quoi on n’aurait pas de film, c’est le temps de présenter l’histoire sans queue ni tête qui sert de trame principale. Apparamment que le vaisseau de la Rebellion Résistance doit continuellement utiliser du gaz pour avancer même s’ils sont dans l’espace (fuck you Newton!), question qu’on aille un décompte arbitraire pendant qu’Edgar Allan Poe Dameron et son ami le Stormtrooper peureux partent en aventure. Et parce que Damien aime pas ça quand Edgar Allan Poe Dameron se chicane avec la Princesse Leia, le film met la Princesse Leia dans le coma et la remplace par une féministe aux cheveux mauves vu que ça fait tellement capoter Damien le gros vierge depuis qu’il a joint la Meute sur Facebook.

Le Stormtrooper peureux, réalisant qu’il est pogné dans un film de marde, essaie de se sauver, mais il se fait arrêter par une petite grosse qui trippe sur lui. Les deux discutent avec Edgar Allan Poe Dameron et réalisent que s’ils ne font rien, le film va finir sans que personne ne meurt. Ils décident donc de partir à l’aventure sur une planète casino. Sérieux, là. Si Edgar Allan Poe Dameron, la petite grosse et le Stormtrooper peureux avaient passé les deux prochaines heures à jouer à touche-pipi, PERSONNE DE LA REBELLION RÉSISTANCE NE SERAIT MORT.

Pendant ce temps, Rey et le Darth Vader emo découvrent que la Force a une fonction “chat”. S’ensuit des longues séquences plates sur la planète de Luke Skywalker où on apprend que 1) Luke veut mettre fin aux Jedi, 2) que le Darth Vader emo a des bonnes raisons d’être en criss après lui parce que Luke, le gars qui a vu du bien en son père même s’il a tué des millions d’innocents ne voit aucune raison de laisser une chance à son criss de neveu et a décidé de l’abattre dans son sommeil, et 3) Rey a l’air de tripper un peu trop sur le Côté obscur.

Et dire que vous pensiez que les Porgs allaient être la pire affaire du film…

Pendant ce temps, avec la flotte de la Rebellion Résistance en péril, le Stormtrooper peureux et la petite grosse partent en aventure sur une planète casino remplie de bibittes en CGI mal chié, où ils rencontrent Benicio del Toro dans le rôle d’un bègue sur la coke.

Je vous épargne la prochaine heure parce qu’il ne se passe rien. (C’est ben pour dire, j’ai jamais même dit ça pour Revenge of the Sith.) Le film nous ressort Yoda, nous démontrant en une scène à quel point le CGI dans le reste du film est sans âme comparé à une marionette vieille de 34 ans. Anyway le Stormtrooper peureux et la petite grosse reviennent avec Bèguenicio, et Rey câlisse son camp pour aller necker avec Emo Vader. Edgar Allan Poe Dameron découvre que sa boss féministe a un plan de marde, et elle, au lieu de lui FUCKING EXPLIQUER CALMEMENT SON PLAN, lui dit de fermer sa yeule, l’inspirant à se dire “FUCK LES FEMMES AU POUVOIR CÂLISSE MAKE LA REBELLION GREAT AGAIN” et à commettre un geste de trahison.

Rey rencontre Emo Vader qui, visiblement inspiré par son grand-père, décide de la présenter à l’Empereur au Supreme Leader. Snoke, comme un épais, lui dit de tuer Rey, alors évidemment Emo Vader lui fait un gros fuck you avec son lightsaber à travers le corps. S’ensuit une bataille où Rey et Emo Vader combattent du même côté. C’est cool, non? Malheureusement, Emo Vader décide de dire “join me” à Rey, qui accepte en se disant qu’elle va pouvoir contrebalancer les tendances sadiques de son chum et mettre fin à un conflit sanglant. Haha, c’t’une joke. Elle lui dit “FUCK YOU MAN” pis ils se chicanent encore. Vous pensiez sérieusement que le film allait finir autrement qu’avec une bataille entre le Bien et le Mal? Hostie que vous êtes naïfs.

Les gardes de Snoke, conçus pour rendre la vie plus facile aux modeleurs de jouets chinois.

Parce qu’il est là, le problème avec les Star Wars post-Disney. Disney n’est pas en business pour raconter des histoires; ils bâtissent des montagnes russes. Ils bâtissent des expériences pleines de hauts, de bas et de rebondissements, mais au final ils te ramènent au point de départ parce que tout changement de parcours mettrait en péril leurs hosties de “franchises”. C’est l’fun, une montagne russe, remarquez. On a l’impression d’en avoir pour son argent. Mais ça se réécoute très mal et ça s’oublie très, très vite. Ce qui fait que Star Wars est mémorable 34 ans plus tard, c’est que les personnages sont inspirants et l’histoire, quoique simple, tient la route. Si The Last Jedi n’était pas bâti sur le dos de la trilogie originale et des personnages mémorables de The Force Awakens, on l’aurait tous oublié d’ici six mois.

Et oui, Damien, ça s’applique aussi à tes criss de films de Marvel.

Anyway. L’Empire le First Order détruit les vaisseaux de la Rebellion Résistance un par un parce que le Stormtrooper peureux et la petite grosse ont été assez cons pour faire confiance à Bèguenicio del Toro. Pendant ce temps, Rey et Emo Vader se chicanent pour un lightsaber. La générale féministe pogne les nerfs et part son vaisseau en hyperespace drette dans la face du gros vaisseau de l’Empire du First Order, ce qui permet au Stormtrooper peureux de se battre dans un duel plate contre la Stormtrooper chromée dont on se câlisse tous. Tout le monde rentre à la base et la Princesse Leia décide qu’Edgar Allan Poe Dameron a trop un beau cul pour qu’elle le fasse abattre sur le champ pour avoir tué la moitié de sa flotte avec ses actes imbéciles.

FIN.

Haha, c’t’une joke. Certes, ça aurait été le moment parfait pour conclure vu qu’on vient de passer le point culminant du troisième acte, mais ce film est une montagne russe, remember? Il nous reste encore du budget en CGI pour une autre demi-heure inutile.

Nous sommes maintenant sur une planète de sel, ce que nous savons parce qu’un gars pas rapport goûte au sol et nous dit, “TIENS, MAIS C’EST DU SEL, SAPERLIPOPETTE!” (Merci, focus group!) L’Empire Le First Order approche avec des AT-AT, mais c’est pas une copie de Empire Strikes Back, les gars, C’EST UNE PLANÈTE DE SEL REMEMBER? Emo Vader sort ENCORE UNE HOSTIE DE VERSION DE LA DEATH STAR, cette fois-ci sur roulettes, alors le Stormtrooper peureux, qui n’en peut plus des Death Stars, décide d’en finir avec la vie et fonce direct dedans. Il est sauvé in extremis par la petite grosse qui lui dit “NON! TU AS ENCORE DES JOUETS À VENDRE, STORMTROOPER PEUREUX, JE T’AIME!”

On aurait dû demander au goûteur de nous dire pourquoi le sel est rouge sous la surface.

S’ensuit la scène la plus cool du film, où Luke Skywalker apparaît de nulle part avec une nouvelle coupe de cheveux. Emo Vader pogne les nerfs. “TIREZ DESSUSSE AVEC TOUS LES FUCKING GUNS POSSIBLES TABARNAK!!!” mais Luke est indemne. C’est l’heure du duel entre l’élève et le maître, ce qui donne le temps au reste de la Rebellion Résistance de se sauver par la porte d’en arrière.

Après un combat épique, Luke, qui ne s’est pas vraiment fait couper les cheveux finalement, est toujours sur sa planète. Il est sain et sauf, mais il se dit “AH PIS JE SUIS TANNÉ DES HOSTIES DE NIAISERIES DE STAR WARS, HARRISON FORD AVAIT RAISON” et il meurt sans criss de raison. Après tout, Mark Hamill est vieux, et ça serait vraiment poche s’il mourrait avant l’épisode IX alors que son personnage est encore en vie, right?

Oops.

Faque c’est là que le film se termine, plus ou moins. Des tonnes de rebondissements, mais au final la Rebellion Résistance est toujours là, l’Empire le First Order est toujours là, Emo Vader est toujours méchant et Rey va devenir une Jedi. Rien n’a vraiment changé parce que Star Wars est une vache à lait et ils vont vous sortir des épisodes aux deux ans jusqu’à ce que vos petits-petits-enfants s’écoeurent. Et encore.

On dira ce qu’on voudra sur les prequels, au moins Lucas a essayé de raconter une histoire originale. Il aurait fait une meilleure job en chiant direct sur la pellicule, mais au moins il a essayé. Disney, eux, s’en câlissent de l’histoire ou de l’originalité. Si vous n’êtes pas d’accord, réécoutez The Last Jedi dans six mois et dites-moi si ça a bien vieilli.

Je vous gage un brun que ça aura vieilli aussi mal que les shorts de C3P0 du gros Damien.

L’homme à la petite voix

Tuesday 4 August 2009

Je suis peut-être fatigué, mais la petite voix du gars me fait pleurer de rire!

Oprah sur Twitter

Thursday 23 April 2009

Voici un échange 100% véridique entre Oprah et Shaq. Twitter est officiellement rendu mainstream.

oprah-shaq

La théorie de l’évolution: revue et corrigée

Tuesday 31 March 2009

Après avoir visionné ces deux vidéos, je ne peux plus croire en Darwin. Quelqu’un, quelque part, n’a pas fait sa job dans la longue chaine de l’évolution.

[flash http://www.youtube.com/watch?v=x9J65j2GNzw]

[flash http://www.youtube.com/watch?v=8mWW6kRITEY]

Trou de cul

Tuesday 31 March 2009

Sur le dernier album de Star Académie, la piste 14, lorsqu’elle est jouée à partir de Itunes, est intitulée “J’temmène au vent”. Par contre, elle n’est pas chantée par Olivier Beaulieu, mais bien par “Trou de cul”.  Selon mes sources, ça capote en tabarnak dans l’Empire.  100 000 copies sont déjà envoyées en magasin.

Source: Eina